Edition 12/ 2014

L’insouciance, c’est la mort de toute notion de sécurité.» Des mots mémorables émanant de Bruno Gantenbrink, champion du vol à voile de 1989 et plusieurs fois champion d’Allemagne dans cette discipline. Dans un exposé légendaire tenu lors du 51e Deutscher Segelfliegertag, il répondait à la question de savoir combien était importante une évaluation réaliste du risque: «Parce que notre stratégie dépend de notre manière d’aborder le danger. Chacun de nous doit développer sa propre stratégie de sécurité. Le plus simple est de commencer à éliminer les risques, aussi totalement superflus qu’inutiles. En outre, nous devrions toujours être conscient des risques que nous contractons, y réfléchir comment les limiter le plus possible et nous fixer des seuils à ne pas dépasser. Nous devrions avoir un peu peur en permanence ou, en d’autres termes, faire preuve de vigilance; parce que seul celui qui est vigilant est à l’éveil de choses même simples, dont le manque d’attention peut fréquemment être la cause d’une issue grave.» La dernière édition de l’AéroRevue de cette année est consacrée dans une mesure particulière au sujet «Sécurité dans l’aviation». Les participants au 4e séminaire Security de l’AéCS (article dès la page 14) ont prouvé – une fois de plus – le besoin important des pilotes de se pencher sur cette matière . Des spécialistes chevronnés ont développé de façon claire des sujets tels que les compétences en matière de gestion des risques ou des conseils de nutrition pour pilotes. Le lecteur trouvera une continuation du sujet aux deux pages suivantes. Lorsque des problèmes surgissent en vol, un conseil de qualité ne doit pas forcément être onéreux. Des conseils importants et de précieuses astuces sont à lire à partir de la page 16. Enfin, tous les membres de la Fédération Suisse de Vol à Moteur reçoivent avec la présente édition de l’AéroRevue le nouveau «Safer Flying»; ce bulletin est une prestation de la FSVM à l’intention de ses membres afin de promouvoir la sécurité dans l’aviation. Pour les non-membres FSVM intéressés, il est indiqué en page 41 où la brochure (à recommander) peut être obtenue séparément. L’exhortation de Gantenbrink subsiste: «Ce que les inspecteurs de la sécurité nous enseignent ne peuvent dans le meilleur des cas être que des conclusions supplémentaires, des conseils. Il nous appartient de mettre tout cela en oeuvre.

Patricia Andrighetto
Redaktorin
AeroRevue


Vue traversante optimale grâce au Head-up-Display?

Le Head-up-Display (HUD), à savoir l’«affichage pouvant être identifié avec la tête vers le haut» ou affichage tête haute, permet aux pilotes de regarder vers l’extérieur du cockpit tout en ayant l’ensemble des données de vol pertinentes sous les yeux. À cette fin, le plus souvent, une vitre supplémentaire («Combiner») est installée entre le siège du pilote et le pare-brise. Des informations y sont projetées qui, autrement, se lisent uniquement sur le tableau de bord. Avec le HUD devant les yeux, le pilote peut ainsi jouir du paysage sans pour autant perdre de vue des données importantes telles que la hauteur, le cap, la vitesse ou l’attitude de vol.

Seite 19

Voler vers son prochain par amour

Voilà bientôt trente ans, en 1986, Emil Kündig effectuait ses premiers vols au Tchad dans le cadre de son engagement pour la Mission Aviation Fellowship (MAF). Depuis, accompagné de sa famille, ce pilote de brousse a également volé en Ouganda, à Madagascar, au Cambodge et au Bangladesh. Mais le pilote âgé aujourd’hui de 59 ans n’a pas fini de voyager. En effet, il compte d’ici peu s’installer au Libéria avec sa femme pour y développer une nouvelle ligne aérienne. Un métier porté par sa passion pour le vol et l’amour de ses semblables.

Seite 22


Les Forces aériennes en tant qu’entreprise de services

Lors de la création des Forces aériennes en tant que Troupes d’aviation, personne n’aurait imaginé que les avions puissent un jour assumer des tâches de transport. Les premiers vols de liaison ont commencé en 1939 avec des Messerschmitt Me 108A Taifun. Il existe aujourd’hui une petite compagnie aérienne placée sous commandement militaire qui fournit également des prestations aux autorités civiles.

Page 24


Travail de nuit pour la maturité

Une heure après le coucher du soleil, en vol de nuit VFR. La météo est meilleure qu’annoncée. Le GPS indique la trajectoire de vol, alors que les lumières s’estompent progressivement au sol. Et voilà que le monde s’effondre. Une panne de courant rend le pilote orphelin de tout auxiliaire électronique de navigation. Après avoir vainement cherché l’erreur, il dérive comme une âme perdue dans la pénombre. La navigation astronomique peut-elle le tirer de ce mauvais pas?

Page 28


Poste de travail au niveau de vol 490

Dans la dernière édition d’AeroRevue (11/2014), nous avons consacré un important article au Service de police aérienne des Forces aériennes dans la perspective des grands événements qui vont avoir lieu en Suisse et des restrictions de l’espace aérien qui les accompagnent. Dans l’article qui suit, le pilote cap. Stephan «Schampus» Schaupp emmène les lecteurs pour un vol d’entrainement à bord d’un F/A-18. Les photos prises du point de vue du passager sont l’oeuvre du photographe Roger Schneider.

Page 32

Beratung, Verkauf und Datenanlieferung

Effingerhof AG
Verlag «AeroRevue»
Rolf René Veil
Storchengasse 15
CH-5201 Brugg
Telefon 056 460 77 20
aerorevue@effingerhof.ch

 

 

Redaktion

c/o Swiss Aviation Media
Jürg Wyss
Zurzacherstrasse 64
Postfach
CH-5200 Brugg
Telefon 056 442 92 44
aerorevue@aeroclub.ch

 

 

Herausgeber

Aero-Club der Schweiz
«AeroRevue»
Yves Burkhardt
Lidostrasse 5
CH-6006 Luzern
Telefon 041 375 01 01
info@aeroclub.ch