Edition 09/ 2015

Cet été fut tout à fait remarquable. Une excellente météo de vol nous gratifiant de chaudes températures a suscité une circulation aérienne intense dans l’espace aérien non contrôlé – mais malheureusement aussi de manière illicite dans l’espace contrôlé. Quelques violations d’espace aérien ont conduit à de bouillantes discussions, rapportées par les médias, qui n’ont pas précisément contribué à éclaircir objectivement les états de fait, faute de compétences. L’impression a ainsi été donnée que l’espace aérien au-dessus de Zurich serait un véritable cloaque dans lequel se vautreraient des citoyens lambda menaçant la sécurité de l’aviation civile par un comportement risqué. Soyons clairs: un pilote sans contact avec le contrôle de la circulation aérienne n’a rien à chercher dans l’espace aérien contrôlé. Et celui qui le fait tout de même n’aura rien perdu pour attendre dans la troisième dimension. Rien d’étonnant que les cercles de la sécurité aérienne précisément dénoncent de sombres scénarios de collisions; les propres expériences faites sont encore profondément ancrées dans les esprits. La solution au problème des violations de l’espace aérien ne repose toutefois pas dans la diffamation publique, mais bien dans une formation rigoureuse, un perfectionnement régulier, une préparation soignée et disciplinée du vol et l’entraînement constant des conducteurs d’aéronefs. Et bien entendu dans un service de sécurité aérienne encadrant les pilotes VFR dans leurs vols et les soutenant, au lieu de les clouer au pilori. Dans tout le pays, de magnifiques manifestations ont drainé une fois de plus des milliers de passionnés de vol vers les aérodromes. Vous en trouverez des images dans la présente édition. La collision tragique et lourde de conséquences de deux avions légers lors d’une démonstration de vol en formation lors des Journées aéronautiques de Dittingen a fait la une des médias. Le CO des Journées aéronautiques, hautement engagé et expérimenté, a subitement été confronté avec le pire des scénarios. Bien sûr, comme dans la vie ordinaire, tout risque ne pourrait être éliminé que par des interdits, avec une limitation massive des libertés. La liberté pourtant comportera toujours des risques. Par rapport à de nouvelles restrictions continuelles, accepter cette évidence serait peut-être une approche plus salutaire.

Jürg Wyss
Chefredaktor
AeroRevue


Lumières dans la nuit

Le début de la saison estivale 2015 était très prometteur. Ces dernières semaines, de nombreuses manifestations aéronautiques, meetings et autres Fly-In de toutes envergures ont drainé des dizaines de milliers de spectateurs intéressés vers les aérodromes suisses. Moments inoubliables, prestiges aéronautiques, formations sans pareil: les acteurs des différents rendez-vous de l’aviation en Suisse ont également fait battre les coeurs plus haut cet été. Le public venu en masse à toutes les manifestations s’est réjoui des productions des pilotes. Mais un accident survenu le matin du dimanche 23 août à Dittingen a soudainement assombri le meeting aérien, lors même que la pluie avait cessé. La même formation qui, le jour précédent, avait encore dessiné un «Smiley» dans le ciel au-dessus de l’aérodrome idyllique du canton de Bâle- Campagne, le reportant sur les visages des mordus d’aviation, déclencha la consternation et la tristesse à la suite d’une collision lourde de conséquences. Les applaudissements firent place à l’accablement.

Page 23


Sitterdorf a fêté son demi-siècle

Un anniversaire mémorable a été fêté en Suisse orientale durant le week-end des 8 et 9 août: le comité d’organisation sous la baguette de Willi Hefel, chef d’aérodrome et de Bruno Scherrer, président du CO, a mis sur pied une grande fête à l’occasion des 50 ans de l’aérodrome de Sitterdorf.

Page 24


Troisième et peut-être dernière pour l’Ambri Fly-In

Le fabricant de montres suisse Oris conviait pour la troisième fois déjà à l’Ambri Fly-In. Quelque 200 avions ont rendu une visite de courtoisie à l’ancien aérodrome militaire lors du dernier week-end de juin. Parmi eux, des raretés et des oldtimers venus de Suisse et des pays limitrophes, par exemple : un Stampe SV4A, biplan construit en 1948. Le Rutan 61 Long-EZ RG I-MEZE italien, bien plus jeune et aux lignes futuristes, se range dans la catégorie des avions-canards. L’ancien aérodrome a permis non seulement à de petits avions d’atterrir et de décoller: le dimanche matin, un avion d’affaires Dassault Falcon 2000 s’est même posé sur la piste de la Léventine.

Page 25


Le Dornier Do 2, légendaire avion à décollage court

Il y a 60 ans à peine, une commande de la Bundeswehr fraîchement créée a débouché outre-Rhin, après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, sur la construction en série d’un avion allemand. Le Do 27 émérite fut également utilisé en Suisse par les Forces aériennes et par Swissair.

Page 28


«Je n’ai rien contre l’approche GNSS»

Martin Inäbnit, CEO de SkyWork Airlines, est en fonction depuis plus d’une année. Durant cette période, sa compagnie aérienne et l’aéroport de Berne, homebase de l’entreprise, ont régulièrement fait parler d’eux. Dans l’entretien suivant, il prend position sur quelques points essentiels.

Page 32

Beratung, Verkauf und Datenanlieferung

Effingerhof AG
Verlag «AeroRevue»
Rolf René Veil
Storchengasse 15
CH-5201 Brugg
Telefon 056 460 77 20
aerorevue@effingerhof.ch

 

 

Redaktion

c/o Swiss Aviation Media
Jürg Wyss
Zurzacherstrasse 64
Postfach
CH-5200 Brugg
Telefon 056 442 92 44
aerorevue@aeroclub.ch

 

 

Herausgeber

Aero-Club der Schweiz
«AeroRevue»
Yves Burkhardt
Lidostrasse 5
CH-6006 Luzern
Telefon 041 375 01 01
info@aeroclub.ch