Edition 10/ 2015

La Suisse a bien tiré son épingle du jeu lors de la Coupe aéronautique Gordon Bennett de cette année: deux des trois places de podium sont revenues à des équipes suisses lors de la cérémonie protocolaire. 75 heures et 24 minutes après le décollage le 28 août à Pau, France, la messe était dite: la Suisse est championne du monde. Les deux pilotes aérostiers Kurt Frieden et Pascal Witprächtiger ont remporté avec eux le trophée pour la seconde fois depuis 2010; l’équipe romande SUI 2 (Nicolas Tièche/Laurent Sciboz) a gravi avec gloire la troisième marche du podium. La Gordon Bennett Race est non seulement la course de ballons à gaz la plus ancienne au monde, mais aussi la plus dure. Les règles du concours lancé en 1906 fixées par l’éditeur de journaux James Gordon Bennett sont simples: l’équipe gagnante est celle ayant franchi, à l’atterrissage, la plus longue distance depuis le point de départ. L’équipe victorieuse a ainsi couvert 2080,8 kilomètres. Le temps ne joue aucun rôle ici, du moins pas pour la cotation. Pour les équipes qui passent plusieurs jours confinées sur un espace restreint, il est en revanche décisif de bien s’organiser. Quiconque partage deux m2 à peine à deux jusqu’à 92 heures durant, doit être expert non seulement en aérostation, mais également faire preuve d’un bel esprit d’équipe. Que diriez-vous d’un petit voyage? Montez dans la nacelle et revivez à partir de la page 18 la course à travers l’Europe de façon saisissante. Actuellement, quelque chose tourne moins rond sous d’autres cieux. En pleine période estivale et de surcroît uniquement en langue française, l’OFAC s’est fendu d’une information sur la révision prévue pour le 1er janvier 2016 de son Ordonnance sur les émoluments. En passant au peigne fin les adaptations figurant dans le projet d’ordonnance révisée sur les émoluments, la portée véritable des hausses prévues apparaît dans toute son ampleur. Quelques émoluments maximaux doivent ainsi être relevés de plusieurs centaines de pour cent. Dans sa réponse à la procédure de consultation (page 22), l’AéCS parle un langage clair, de même que Martin Stucki, CEO de Marenco Swisshelicopter AG. Il ne mâche pas ses mots dans son opinion sur les réglementations et l’autorité de surveillance: «L’un des plus importants défis du futur sera de stopper le surcroît de réglementation et d’en réduire la voilure», dit-il avec persuasion. Lisez également à partir de la page 6 ce que pense d’autre part Stucki, ainsi que du progrès de son innovation SKYe SH09.

Patricia Andrighetto
Redaktorin
AeroRevue


Cas d’urgence riches en enseignements

Dans des circonstances déterminées, les accidents d’aviation et les incidents graves d’avions et d’hélicoptères avec une masse maximale autorisée à l’envol de moins de 2250 kilogrammes ne font l’objet que d’une enquête sommaire. Les conditions à remplir à ce sujet sont énumérées dans l’art. 21 de l’Ordonnance concernant les enquêtes sur les accidents d’aviation (OEAA). Une disposition essentielle tient compte du fait que lors de l’accident ou de l’incident, personne n’a été blessé gravement ou tué. Il n’est pas rare qu’il s’agit d’événements résultant d’un comportement erroné ou de mauvaises décisions, dont l’issue aurait pu être nettement plus grave et dont la connaissance est précieuse pour la prévention d’accidents d’aviation. Ci-après, quelques rapports sommaires de l’année 2014.

Page 15


Les Suisses s’illustrent à la Gordon Bennett 2015

16 traits colorés progressent lentement à l’écran, sur la carte topographique du continent européen: cela semble banal, mais dans les nacelles des pilotes, ce sont trois jours de tension pure. Le Live Tracker de la Coupe aéronautique Gordon Bennett, course de ballons à gaz la plus ancienne et la plus difficile au monde, a mis les nerfs à rude épreuve cette année et a également ravi quelques heures de sommeil aux équipiers restés au bercail. Ce ne fut pas en vain: deux des trois marches du podium ont été finalement occupées par des aérostiers suisses.

Page 19


Non au coup de massue des émoluments

En pleine période estivale et de surcroît uniquement en langue française, l’OFAC s’est fendu d’une information sur la révision prévue pour le 1.1.2016 de son Ordonnance sur les émoluments. En passant au peigne fin les adaptations figurant dans le projet d’ordonnance révisée sur les émoluments, la portée véritable des hausses prévues apparaît dans toute son ampleur. Quelques émoluments maximaux doivent ainsi être relevés de plusieurs centaines de pour cent. Une situation proprement intolérable: tel est le verdict sans appel de la branche. Dans sa réponse à la procédure de consultation, l’Aéro-Club de Suisse ne mâche pas ses mots.

Page 22


Les anciens Do 27 militaires font la joie des parachutistes

Du premier avion Do 27 construit en série en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale, huit exemplaires furent exportés en Suisse: l’Armée en acheta sept et Swissair Photo SA le dernier. Celui-ci fut utilisé spécialement pour des vols d’arpentage et de photogrammétrie.

Page 24


De l’aérodrome de dégagement à la zone industrielle

L’ancien aérodrome militaire de Frutigen a été construit durant la Seconde Guerre mondiale. Le terrain initialement en herbe a été remplacé plus tard par une piste en dur.

Page 28

Beratung, Verkauf und Datenanlieferung

Effingerhof AG
Verlag «AeroRevue»
Rolf René Veil
Storchengasse 15
CH-5201 Brugg
Telefon 056 460 77 20
aerorevue@effingerhof.ch

 

 

Redaktion

c/o Swiss Aviation Media
Jürg Wyss
Zurzacherstrasse 64
Postfach
CH-5200 Brugg
Telefon 056 442 92 44
aerorevue@aeroclub.ch

 

 

Herausgeber

Aero-Club der Schweiz
«AeroRevue»
Yves Burkhardt
Lidostrasse 5
CH-6006 Luzern
Telefon 041 375 01 01
info@aeroclub.ch