Edition 02/ 2017

Hans Giger, l’un des derniers Suisses ayant vécu la Seconde Guerre mondiale en tant qu’adulte et témoin de tout près de son époque, nous a quittés à l’âge de 102 ans. En effet, Giger était pilote militaire, effectuant durant cette période des missions afin de défendre l’espace aérien suisse contre les envahisseurs étrangers. Lors de son centième anniversaire, la Télévision suisse a diffusé dans le cadre de l’émission «Reporter» une documentation sur Hans Giger sous le titre «Der 100-jährige Pilot» (Le pilote centenaire). Ce portrait créé avec beaucoup de sensibilité par Fritz Muri nous avait secoués, comme du reste aujourd’hui encore. En janvier 1936, il y a donc de cela 81 ans, Giger qui tout gamin déjà voulait être pilote fut convoqué à l’école de pilotes à Dübendorf. Par la suite, il aura certainement passé la moitié de sa vie dans le cockpit. C’est ainsi que Giger devint le premier «pilote d’usine» des Forces aériennes. En tant que pilote militaire, Giger a vécu un morceau d’histoire mondiale. Par exemple en juin 1940. À cette époque, le Jura notamment fut le théâtre en peu de temps de plus de 200 violations de frontière par des bombardiers et chasseurs allemands. Les Forces aériennes suisses étaient impliquées dans des combats, descendant onze avions allemands en flamme. Ce qui ne manqua pas de déclencher les furies de Berlin. Les missions ont également fait des victimes dans les Forces aériennes suisses. En décembre de l’an dernier, les Forces aériennes suisses ont remis leur brevet de pilote militaire professionnel à onze aspirants. Ce fut aussi est un moment inoubliable ne laissant personne insensible. Ces jeunes hommes savent en principe qu’ils devront, comme alors Hans Giger en cas d’urgence, pratiquer ce qui a été appris et défendre l’espace aérien. Ils sont formés à cet effet. Jadis, des mots tels que la volonté de défense et la défense nationale avaient certes une autre signification; la menace était réelle, les combats aériens étaient le tribut de guerre. Personne ne souhaite une telle situation aux pilotes fraîchement émoulus. Hans Giger l’a toutefois vécu à son corps défendant.

Jürg Wyss
Chefredaktor
AeroRevue


New York, New York

Marianne Schleiss, présidente de l’Association Suisse des Femmes Pilotes (womenpilots) et son conjoint Franz ont suivi une route spectaculaire en septembre dernier: le long du fleuve Hudson, passant à travers New York, à bord d’un Cessna 172. Les deux pilotes décrivent leur aventure de façon captivante.

Page 19


Activité fébrile dans le ciel

Le WEF de Davos a été source de nombreux mouvements aériens supplémentaires. Zurich, Dübendorf et Altenrhein ont fait l’objet de conditions de service particulières suite au sommet économique.

Page 22


Die Fokker C.V. wurden grösstenteils in der Schweiz gebaut

Zwei Jahre bevor die noch junge Swissair ihre Fokker-Flugzeuge 1935 verkaufte, führte die Fliegertruppe das Mehrzweck-Flugzeug Fokker C.V. ein. Es begann seine Militärlaufbahn als Beobachtungs- und Aufklärungsflugzeug, mutierte zum Kampfflugzeug und beendete seine Karriere als Zielschlepper.

Page 24


Du planeur d’Otto Lilienthal au biplan Kiebitz

Comment Michael Platzer, ingénieur en mécanique, a tiré profit des connaissances d’Otto Lilienthal et pourquoi la joie de concevoir, de créer et de voler l’occupe depuis des décennies, contribuant parfois involontairement à de frénétiques palpitations, par exemple lorsqu’il doit essayer un nouvel avion en vol.

Page 28

Beratung, Verkauf und Datenanlieferung

Effingerhof AG
Verlag «AeroRevue»
Rolf René Veil
Storchengasse 15
CH-5201 Brugg
Telefon 056 460 77 20
aerorevue@effingerhof.ch

 

 

Redaktion

c/o Swiss Aviation Media
Jürg Wyss
Zurzacherstrasse 64
Postfach
CH-5200 Brugg
Telefon 056 442 92 44
aerorevue@aeroclub.ch

 

 

Herausgeber

Aero-Club der Schweiz
«AeroRevue»
Yves Burkhardt
Lidostrasse 5
CH-6006 Luzern
Telefon 041 375 01 01
info@aeroclub.ch