Edition 5/2018

«Oui, aujourd’hui encore, je monterais aux commandes du Tiger. » Cette réponse spontanée provient d’un ancien pilote de Tiger des Forces aériennes. Maintenant retraité des Forces aériennes, il a passé des milliers d’heures de vol dans le cockpit du jet. Des heures durant lesquelles il s’est fondu avec l’avion, pour former quasiment corps avec les systèmes, instruments, boutons, le manche à balai et le siège éjectable. Des heures voyant lui et sa machine soumis à des charges maximales, évaluant les limites, traversant des situations extrêmes, pour les maîtriser en fin de compte. C’est ainsi que naît la confiance. Et la confiance crée la sécurité. Le pilote a récemment fêté ses 71 ans.

Les Forces aériennes à leur tout ont dignement fêté le 27 avril, à savoir les 40 ans F-5 Tiger et les 30 ans du Turbopro-Trainer et cible volante Pilatus PC-9. Un jubilé qui se devait d’être célébré entre autres avec d’anciens pilotes et des pilotes actifs des deux «jubilaires». Ils vinrent nombreux à la fête sur l’aérodrome d’Emmen. Les uns aux cheveux grisonnants, le ventre bedonnant, les jeunes à l’allure sportive. Revoir les camarades, se perdre en souvenirs, tout cela a visiblement fait plaisir à tous. Pour sûr, ils avaient beaucoup à se raconter. Par exemple Beat Neuenschwander, l’ancien président de l’AéCS, pilote militaire professionnel et commandant de la première escadrille opérationnelle Tiger. Durant 26 ans, il a été étroitement lié au Tiger, étant de la partie lors de la livraison, de l’introduction, de la reconversion et des premières missions du jet de combat. En des temps où la sécurité n’était pas prioritaire et plutôt la disponibilité constante au combat aérien: «Ready to fight», telle était la maxime. Des réminiscences appelaient de leurs voeux «ces bons vieux temps» où ce qui aujourd’hui serait impensable était encore possible. Son exposé a offert un aperçu du monde des anciens pilotes de chasse, en engagement durant une période estampée par la guerre froide.

Nombreux sont aujourd’hui «hors service» les pilotes qui ont vécu les premières heures du Tiger et du PC-9. Mais pas les «jubilaires» eux-mêmes. Quelques-uns sont encore opérationnels, par exemple dans la Patrouille Suisse. L’actuel commandant en chef de la flotte F5 et commandant de la PS, le lieutenant-colonel Nils Hämmerli, a également souligné que l’époque n’était pas encore révolue. Dans son discours, le divisionnaire Bernhard Müller, chef des Forces aériennes, s’est montré fier de la culture régnant dans les Forces aériennes. Une culture dont il faut prendre soin. Ce jubilé y a apporté une contribution. L’esprit en tout cas était perceptible. C’est un bon esprit.

Jürg Wyss
Chefredaktor
AeroRevue

Beratung, Verkauf und Datenanlieferung

Effingerhof AG
Verlag «AeroRevue»
Rolf René Veil
Storchengasse 15
CH-5201 Brugg
Telefon 056 460 77 20
aerorevue@effingerhof.ch

 

 

Redaktion

c/o Swiss Aviation Media
Jürg Wyss
Zurzacherstrasse 64
Postfach
CH-5200 Brugg
Telefon 056 442 92 44
aerorevue@aeroclub.ch

 

 

Herausgeber

Aero-Club der Schweiz
«AeroRevue»
Yves Burkhardt
Lidostrasse 5
CH-6006 Luzern
Telefon 041 375 01 01
info@aeroclub.ch